Prise en charge de la douleur

La douleur post opératoire

La prise en charge de la douleur post opératoire est une priorité absolue pour tout médecin anesthésiste et vous permet de vivre votre intervention chirurgicale et votre séjour à la clinique le plus confortablement possible.

Cette prise en charge débute pendant et parfois même avant l’intervention chirurgicale pour vous permettre d’avoir le meilleur réveil possible et est poursuivie en post opératoire.

Lors d’un séjour ambulatoire, cette prise en charge doit vous permettre de quitter la clinique avec le maximum de confort.

Lors d’une hospitalisation de plusieurs jours, cette prise en charge est poursuivie toute la durée de votre séjour et son efficacité et sa tolérance sont réévaluées quotidiennement par le médecin anesthésiste qui s’est occupé de vous.

La prise en charge de la douleur peut se faire sous différentes formes en fonction du type de chirurgie dont vous allez bénéficier.

1) les antalgiques systémiques

Plusieurs classes d’antalgiques sont disponibles du paracétamol à la morphine et ses dérivés en passant par les anti inflammatoires, le tramadol ou le néfopam.

Ces antalgiques sont débutés pendant l’intervention et poursuivis ensuite, ils sont associés entre eux pour potentialiser leur efficacité.

Le choix des antalgiques utilisés dépend du type de chirurgie, de l’intensité attendue de la douleur post opératoire mais aussi des antécédents du patients pouvant contre indiquer tel ou tel antalgique.

2) l’anesthésie loco-régionale (cf rubrique)

la rachi anesthésie et les blocs des membres supérieurs et inférieurs quand ils sont utilisés en alternative à l’anesthésie générale assure une analgésie parfaite pendant plusieurs heures dès la fin de leur efficacité, le relai est pris par les antalgiques systémiques.

la rachianesthésie à la morphine, la péridurale et les blocs des membres supérieurs et inférieurs sont parfois utilisés en association à l’anesthésie générale en cas de chirurgies lourdes et douloureuses pour optimiser la prise en charge de la douleur des premières heures (rachi morphine, blocs) ou même des premiers jours (bloc avec mise en place d’un cathéter laissé en place pendant 48 heures ou péridurale laissée en place de 3 à 5 jours) dans ce cas, les antalgiques systémiques sont utilisés de façon concomittente pour potentialiser la prise en charge de la douleur si le type d’intervention et vos antécédents vous permettent de bénéficier de ces techniques, elles vous seront proposées et expliquées en consultation d’anesthésie.

 

  • Modifié le 9 juillet 2013 – Validé par le Comité Déontologique